Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/11/2007

Åtche Zowé : on laid côp po les adopcions eternåcionåles

"Li Rantoele", magazine wallon de l'evenement, va publier en wallon le point de vue que j'ai develope la semaine derniere sur ce blog: L'impact negatif d'evenements comme celui de l´Arche de Zoe sur les procedures d'adoption.  Et pourquoi en Wallon? Parce que je suis panameen d'adoption...et Wallon de racines. Et triste de voir que notre Autorite Culturelle,  la Communaute Francaise de Belgique, ne lui fait pas une place a l'egal du Gaelique en Irlande, du Breton en Bretagne, de l'Alsacien en Alsace, du Catalan en Catalogne. Le wallon comme langue devrait avoir droit de cite - entendez, droit de presence officielle-  en Wallonie.

La traduction en Wallon est de Monsieur Lucien Mahin, qui reside au Maroc, et fondateur du journal "Li rantoele", dont les articles sont publies sur la Toile. 

Åtche Zowé : on laid côp po les adopcions eternåcionåles

årtike :

Li peneuse afwaire di l’ Åtche Zowé nos mostere co on côp k’ i gn a todi
des rujhes a voleur aidî des pôvès djins d’ Afrike, et dner on meyeu
avni a leus efants. Et, dismetant, a-z ahessî les manaedjes d’ Urope ki
sont sins efants.

End a ki vôrént k’ i fwaiye pus åjhey adopter ène efant. End a ds ôtes
k’ î metnut todi dpus d’ arokes, come on "numerus clausus" pol nombe d’
efants adoptés so èn an.
Portant, dj’ a des soçons k’ ont-st adopté set efants, d’ Etiopeye, do
Marok, di Panama. Et i sont tertos bén binåjhes d’ esse popa et moman
adoptûles.
Li hik avou des paskeyes come li cene di l’ Åtche Zowé, c’ est k’ on
riskêye di taper a l’ abat li sistinme des adopcions eternåcionåles.

Marlene Hofstetter, ene responsåve des adoptaedjes d’ efants al
Fondåcion « Terre des Hommes » dit l’ sinne :

"C’ est tins del Guere di 14 k’ on-z a cmincî a bråmint adopter des
efants. C’ esteut purade des efants k’ estént abandné d’ leu mame, nén
marieye. Avou l’ avnowe des pilures po n’ pont aveur d’ efants, gn a yeu
todi moens di djonnes abandnés. Adon, les manaedjes sins zwers ont sayî
d’ adopter des efants foû payis, co pus vite dins les coines del Daegne
wice ki les djins avént fwin. U la k’ i gn aveut des gueres u des
bardouxhas [troubles].
Å djoû d’ ouy, n a todi moens di « ptits målureus » mins todi d’pus d’
familes k’ endè vôrént bén adopter onk. Ça fwait ki, estô di cweri des
parints po on påpåd abandné, on nd avént a cweri des ôrfulins po des
parints sins efants.
Tantea ki, asteure, n a des cabinets d’ pårlîs [avocats] et des
ôrfulinats ki vindèt des efants come si ç’ sereut ene dinrêye a martchoter."


Portant, sapinse mi, l’ adopcion est viye come les tchmins. Moyisse a
stî adopté des Farawons. Les Impreus romins tchoezixhént sovint leu
shuvant tot-z adoptant ene sakî. Metans Adriyin ki shuva Mårc-Årele. Al
Moyinådje, les nobes adoptént po-z aveur des zwers po lzî dner leu-z
eritance, et k’ ele ni toume nén dins les mwins di parints al cwatrinme
botnire k’ i voeyént evi.

Adopter èn efant, c’ est ene sacwè ; martchander des råpéns et des
glawenes tot fjhant les cwanses k’ on lzès va fé adopter, c’ est ene ôte
sacwè. I n’ fåt nén prinde boû po vatche. Gn a trinte-shijh manires di
profiter des efants : les fé bouter come des sclåves, endè fé des efants
sôdårs, les margougnî secsuwelmint, lezî fé passer des droukes, et hay
vos nd åroz.

Dabôrd, i fåt mete les ponts so les I. Atchter des djonnes tot djhant k’
on lzès va fé adopter, c’ est d’ l’ esclavaedje. I n’ fåt nén lomer
çoula l’ adoptaedje.


Avou çou k’ on-z ôt brutyî asteure å posse et dins les gazetes, les
govienmints åront håsse di mete todi dipus di lwès po-z adopter èn
efant. Ça riskêye di divni télmint rujhire k’ i gn årè pus nole famile
ki cminçrè a rimpli des papîs po prinde èn efant k’ est dins l’ mizere.

On vout k’ i våye mî ocuper des pôves efants la wice k’ i sont. Gn a des
SNR po çoula dins les camps d’ refudjîs, et les coulots d’ barakes. Mins
l’ aidance avou kékes liårds, ossu sûtêye fouxhe-t ele, ni replaeçrè måy
ene famile d’ ascoye.

Les efants, divnous des djonneas dins les « favellas », les « bidonveyes
» u les forbots des grandès veyes n’ åront k’ èn ådjeu : ovrer po les
mafias ki hapèt des otos, ki vindnut des droukes ås forvuzions, des
fiziks et des amonucions, u … ki fwaiynut handele d’ efants a-z adopter.

André Dumoulin - retournadje di Lucien Mahin

Les commentaires sont fermés.