Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/12/2008

Affaire Fortis vue de Paris? ...


Je reproduis ici une intervention sur un forum Bruxellois, selon laquelle la decision judiciaire de la cour d'appel sur l'arret Fortis serait consideree a Paris comme une decision "antifrancaise" car elle leserait les interets de BNP Paribas.  Cette afirmation selon laquelle Fortis est maintenu en vie par BNP Paribas sans  est-elle factuellement correcte? ...IL y a dans cette crise une dramatique et tragique  dimension de conflit entre "Raison d'Etat" et "Independance judiciaire".

 


Par François Barberis

45 milliards d'€
45 Mds : c'est le montant mis sur la table par BNP pour acquérir 75% de Fortis Banque et la cie d'assurance et pour assurer leur consolidation : 10 Mds payés (en titres) au gvt fédéral + 6 Mds pour la cie d'assurance et surtout + 30 Mds apportés en trésorerie à Fortis Banque pour la sortir de l'illiquidité. Ceci à comparer avec les 40/45 Mds d'épargne logée chez Fortis (chiffres de déc. 2006). Mais y sont-ils toujours ? Ce n'est donc ni une bouchée de pain, ni une spoliation. Pour l'instant c'est BNP qui assure les fins de mois de Fortis Banque. Or BNP n'a reçu à ce jour aucune contrepartie, puisque le gvt fédéral se voit de même empêché par un arrêt du Conseil d'état belge de procéder à la remise des 49,9% (arrêt sur recours Hérin). Ce qui est proprement incroyable, alors que BNP se voit contrainte par l'arrêt de la Cour de continuer à soutenir Fortis, et donc le gvt fédéral et les finances publiques fédérales. Car où le gvt pourrait-il trouver, sinon, ces 30 mds?

Cette situation, si elle perdurait, pourrait amener le gvt français à intervenir : car c'est un piège qui a été tendu à BNP par ceux qui actuellement se lèvent contre cette banque au motif qu'elle représente des intérêt français (ce qui est exact). Mais ce ne sont pas les français qui ont mis Fortis en situation d'illiquidité. Ce sont les mauvais professionnels belge de la finance.

BNP est actuellement sanctionnée en bourse, non pour les pertes sur son activité BI + Madoff (750 millions) mais en raison de ces 45 milliards bloqués indument par des décisions de justice belge (Cour d'appel de Bruxelles + Conseil d'état). Et c'est toute la cote de Paris qui est affectée, ce qui donne à cette affaire une dimension internationale.

Cette affaire risque donc d'être le point d'entrée politique offert au gvt français dans la problématique wallo-flamande...(Par François Barberis))

Les commentaires sont fermés.