Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/04/2009

A 20 jours des presidentielles au Panama

...Il y a deux candidats en lice, mais l'un deux a la victoire quasi assuree, les intentions de vote etant en sa faveur par 51% contre 35% a l'autre candidat .

...Le vainqueur sera donc probablement cet homme:

martinelli.jpgRicardo Martinelli, proprietaire de la plus grande chaine de supermarches, les "super 99", qui a reussi a s'imposer comme alternative a l'alternance au pouvoir de deux partis corrompus. Il promet, entre autres,  de construire un metro a Panama, une allocation de survie aux vieillards depourvus de couverture sociale, une politique de lutte contre le crime organise, et la distribution de titre de proprietes dans les territoires comme les iles et les zones cotieres qui ont un  regime possessoire, sans titres de propriete.

Son profil est nettement plus a droite que l plupart des nouveaux presidents latino-americains, et son petit parti, le "Centro Democratico" deviendrait le second du pays. Il a toutefois ete ministre sous le gouvernement anterieur et ne s'est pas particulierement distingue dans ces fonctions.

 

Et voici la candidate de la coalition actuellement au pouvoir, formee du PRD (membre de l'internationale socialiste mais issu des annees de gouvernement militaire de Torrijos, puis de Noriega). et du Partido Popular (Democrate chretiens, qui vont probablement perdre ici leurs dernieres plumes). Precisons que le PRD ne mene pas de politique de gauche au sens ou nous le comprenons en Europe, et il n'y a pas au Panama de representants elus de gauche au Panama, pour des raisons qui tiennent a l'incapacite des syndicats et des mouvements associatifs de s'accorder sur une plate  forme politique.

balbina.jpgIngenieur agronome, Balbina commenca sa carriere politique sous Noriega, et dans le governement actuel, elle etait ministre du logement.

Elle fait une campagne energique mais capte peu d'electeurs hors de sa "base" du PRD, et echoue a seduire le centre, il faut dire que les problemes sociaux tels que la securite, les transports public, la sante public et l'education n'ont pas ete resolu par le gouvernement actuel du President Martin Torrijos, dont elle etait ministre. Elle incarne donc une continuite dont les panameens ne veulent pas.

Pendant le gouvernement actuel, plus de 300 personnes sont mortes d'un empoisonnement des medecines distribuees par la securite sociale, et apres trois ans, les familles des victimes ne sont toujours pas indemnisees.

 

 

00:49 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique

03/04/2009

Chit chat Belgique-Panama

La visite au Mexique et au Panamá d'une délégation commerciale Belge menee par le Prince Philippe, le 25 et 26 mars dernier, n'est pas entièrement passée inaperçue ici. La presse locale a decrit le prince comme quelqu'un de sympathique mais peu expressif, dont on aimerait entendre davantage, quelqu'un qui goute les spécialités locales et commente simplement: "C'est tres bon, Cette nourriture me plait" sans plus.

A l'hôtel "Playa Bonita" ou l'ambassade Belge nous offrit une reception, le buffet était irréprochable. Le meilleur hotel du Panama, par contraste avec le consulat Belge local qui a maintenant son local dans un hangar au fond de la cour d'une fabrique de matériaux de construction, et ou le representant n'est pas retribue. Je precise: Pour certaines choses “importantes”, les entreprises, la Belgique montre qu'elle a les moyens. Pour la vie ordinaire au Panama, par contre, le consulat Belge est sans abri.

Ceci ne fut evidemment pas le theme du petit discours en espagnol de Philippe, ou il mit en evidence les "caracteres maritimes communs" au deux pays, l'excellence Belge en matiere de draguage et de construction en general.

Il etait plus facile pour moi de rencontrer les belges residents que les membres de la delegation, qui etaient impressionés par l’accueil recu au Mexique. Un belge local, entrepreneur, me dit qu'il est nettement plus facile pour lui de trouver des partenaire americains ou panameens que des partenaires belges. Un peu dommage sans doute. Un attache francais nous parla de la liste Noire des paradis fiscaux et il semblait que Panama allait se retrouver sur ladite liste Noire des pays non-cooperatifs. Il n’en est rien, nous apprenons aujourd’hui que le Panama, de meme que la Belgique, se retrouve sur la liste “grise”, mais pas sur la liste “noire”.

Par ailleurs, je suis en train de changer d'emploi ici: j'entre dans le service a la clientele de la compagnie d'aviation panameenne COPA.

Playa-Bonita-Panama.jpgL'hotel "PLaya Bonita" ...

 

 

 

11/03/2009

Adoptions internationales

D'un article dans "La libre" sur l'adoption:

"Les services agréés ont enregistré en Belgique 210 adoptions d'enfants étrangers, dont 97 originaires d'Ethiopie.

Le nombre d'enfants venant du Kazakhstan a doublé, avec 58 adoptions. Cette filière d'adoption pour des enfants du Kazakhstan existe depuis à peine deux ans, ce qui explique cette augmentation soudaine, commente Leen Du Bois, de Kind en Gezin, l'équivalent flamand de l'ONE.

Le nombre d'enfants adoptés originaires de Chine est tombé de 30 à 8, seuls les dossiers en cours étant encore traités.

Une adoption par le biais d'un service agréé est seulement possible pour des enfants originaires de Colombie, des Philippines, d'Inde, de Pologne, de Russie, du Sri Lanka, de Thaïlande et d'Afrique du Sud.

La personne qui souhaite adopter un enfant d'un autre pays étranger doit s'investir personnellement, explique Leen Du Bois. Et de conclure: "Adopter est une procédure longue et difficile".

 

Je suis wallon, resident au Panama, pays d'origine de mon epouse... Et nous ne pouvions pas avoir d'enfants biologiques...l'adoption m'a rendu heureux et cette semaine nous fetons le 15eme anniversaire de notre premier fille adoptive...adoptee en filiere libre, au Panama, ou nous habitons...en fait dans mon cas c'est plutot ma personne qui a ete adoptee par un autre pays et une autre culture, avec ses problemes et ses defauts mais dans laquelle je ne me suis jamais senti discrimine.

Salut aux couples qui se lancent dans l'aventure de l'adoption...cela en vaut la peine. Demandez-le a ceux qui ont ete adoptes...A qund un livre sur le destin des adoptes? A commencer par...Moise.

 

09:37 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : societe, culture

04/03/2009

La formule mathematique qui brisa Wall Street.

Une obligation, c'est une promesse de paiement a un certain taux d'interets et a une certaine date. Si une compagnie emprunte de l'argent en emettant des obligations, les investisseurs vont exiger un interet proportionnel au risque. Selon l'article "The formula that killed Wall Street", le desastre financier de 2008 peut desormais se lire comme un scenario de film: Un mathematicien d'origine chinoise, David X Li, alors qu'il travaillait pour la banque JP Morgan Chaise, publia en l'an 2000 dans le "Journal of Fixed incomes" un article intitule "On Default Correlation: A Copula Function Approach."

L'article proposait une ingenieuse formule pour estimer les risques lies aux investissements hypothecaires. L'evaluation de ces risques a toujours ete un probleme insoluble, parce que les correlations entre les decisions individuelles, les variations des marches, les changements de valeurs des immeubles suites a des transformations de l'environnement rural ou urbain, etc...transforment la science des correlations des investissements a risques en une science fort incertaine.
Le formule de Li offrait une brillante simplification et permettait d'attribuer un simple coeficcient de risque sur les investissements base sur les prix d'un instrument financier connu en anglais comme CDS ( Credit default swap) - garanties contre les cessations de paiement .
Au lieu d'etudier les variations de taux de cessations de paiement comme base pour evaluer les risques, les compagnies financieres commencerent a utiliser les variation du prix des CDS comme base d'evaluation des risques, en postulant que si les cessations de paiement augmentent, le prix des CDS augmenterait aussi.
Ils oubliaient un detail: que les donnees dont ils disposaient reposaient sur une periode historique ou les prix de l'immobilier avaient toujours ete a la hausse...
Le resultat a ete que la formule de LI a permis de donner une qualification de triple A - investissements sans risques - a des fonds hypothecaires qui ne l'auraient jamais ete, si les methodes de collections d'information sur le terrain avaient ete suivies.
Le resultat a ete un boom immobilier: "At the end of 2001, there was $920 billion in credit default swaps outstanding. By the end of 2007, that number had skyrocketed to more than $62 trillion. The CDO market, which stood at $275 billion in 2000, grew to $4.7 trillion by 2006. A la fin de 2001, il existait un marche de CDS evalue a $920 milliards de dollars. A la fin de 2007, le chiffre avait explose a plus de soixante mille milliards.
IL y eu des avertissements, mais ils furent ignores. " La formule de Li devint l' instrument de reference dans le monde de la finance des CDS, se propageant comme un virus informatique hautement contagieux" ecrivit en 2006 le gourou financier Janet Tavakoli.

Les banquiers savaient que leurs modeles dependaient de la permanence de l'augmentation de la valeur globale des biens immobiliers, mais ils n'avaient cure des avertissements: Le coefficient de risque obtenu par la formule de LI leur permettait de faire de trop beaux benefices.
Puis, en 2008, les fissures apparue dans l'edifice financier des marches de CDS et de CDO (Collaterized Debt Obligation) sont devenus des gouffres financiers, engloutissant les groupes qui en avaient fait une partie trop importante de leurs activites.

Monsieur Li, lui, ne peut plus guere esperer un prix nobel: Il est retourne en Chine et refuse de debattre de sa formule. Il n'a d'ailleurs jamais ete un fanatique de son propre modele, affirmant que " le plus dangereux dans un modele est lorsqu'on se repose exclusivement sur lui"...

N'empeche qu'au chapitre des formules mathematiques qui ont fait chavirer l'histoire, la formule des copulations gaussiennes de David Li aura desormais une place de choix.

Article original: http://www.wired.com/techbiz/it/magazine/17-03/wp_quant

24/02/2009

La crise rattrape le Canal de Panama

La réalité de la crise rattrape le Canal
Quand en 2006 les panaméens ont ratifie le projet de construire de nouvelles écluses pour le Canal de Panama, ils l’ont fait avec l’assurance que les nouvelles écluses seraient autofinancées, au moyen notamment d’une augmentation du prix des péages.


Les calculs financiers tablaient sur une continuelle croissance des exportations chinoises vers les USA, et ne tenaient pas en compte l’apparition d’une route arctique, qui se crée avec la diminution des banquises au nord du Canada.


De plus, on savait que les nouveaux péages restaient compétitifs sauf si …sauf si le prix du pétrole baissait considérablement…ce qui est arrive en 2008. Donc, maintenant les routes plus longues autour du cap de Bonne Esperance redeviennent plus attractives.


Toutes les garanties de rentabilité et d’autofinancement des nouvelles écluses – pas encore construites- doit maintenant être réévalué.
Sinon, ceci dit, par comparaison avec le reste du monde, Panama n’a jusqu'à présent guère ressenti les effets de la crise mondiale : Le taux de croissance de l’économie panaméenne est passe de 10.3% en 2007 a 8.2% en 2008. Un résultat qui s’explique par la position stratégique de Panama.

canal-panama.jpg

16/02/2009

Dans la crise, les Américains restent optimistes

15 février 2009
Un ancien proverbe américain affirme, “quand ton voisin perd son emploi, c’est une récession, quand tu perds ton emploi, c’est une dépression ». Notre vue du monde est influencée par notre perception, et notre vision de la crise globale est souvent conditionnée a son impact sur nos vies.
C’est ainsi que la firme de sondage Harris a effectue un sondage sur les attitudes des américains face a l’avenir. Depuis deux ans les prix du marché immobilier ont été en chute libre et l’indice Dow Jones est passe de 12,552 le 13 février 2008 à 7,850 le 13 février 2009, une chute de 35%. Le Japon a vu son PIB baisser de 13% pendant le troisième trimestre de 2008.

Lire la suite