Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/11/2008

Obama's song

Le chant d’Obama : « Yes we can » est un splendide modèle de rhétorique et il intègre des éléments essentiels de l’histoire américaine :

It was a creed written into the founding documents that declared the destiny of a nation.
Yes we can.
It was whispered by slaves and abolitionists as they blazed a trail toward freedom.
Yes we can. Yes we can.
It was sung by immigrants as they struck out from distant shores
and pioneers who pushed westward against an unforgiving wilderness.
Yes we can. Yes we can.
It was the call of workers who organized;
women who reached for the ballots;
a President who chose the moon as our new frontier;
and a King who took us to the mountain-top and pointed the way to the Promised Land.
Yes we can to justice and equality.
(yes we can, yes we can, yes we can, yes we can...)

On reconnaît sans peine les allusions: La Constitution américaine commence par proclamer « Le droit a la vie, a la liberté et a la poursuite du bonheur », la lutte pour la fin de l’esclavage des noirs au XIX ème siècle, les vagues d’immigrants et de pionniers marchant vers l’ouest sauvage, les luttes des travailleurs pour leurs droits et pour le vote des femmes, a reference a Martin Luther King, a Kennedy et la marche sur la lune, et une référence a la bible : Moise enseignant a son peuple la terre promise, voila c’est l’Amérique. Elle est toujours la, et Obama est l’incarnation actuelle du rêve américain. Incarnation Démocrate, comme Schwarznegger est peut-être une incarnation républicaine du rêve…

Mais tous, dans le monde, nous battons des mains au parcours sans faille de ce « gringalet au nom amusant » qui prend aujourd’hui le timon de la première économie du monde. Le couleur de sa peau importe peu, elle importe seulement dans la mesure où son élection prouve que la couleur de la peau n’est plus un élément déterminant dans une élection américaine. Ce qui est une excellente nouvelle.

Il parait que le Panama est dans le collimateur de la nouvelle administration US comme pays vers lequel émigrent les compagnies américaines qui cherchent a payer moins d’impôt et a baisser leurs charges salariales.

Ce sera l’objet de mon prochain commentaire.

 

28/10/2008

Crash mondial et "promo prices"

A la racine des tsunamis financiers dans lesquels nous sommes tous plonges, on trouve des pratiques de crédits immobiliers mal fichus. Et nous sentons que le monde est déjà entre dans une période de restriction du crédit mais les corrections sont chaotiques et brutales, et le résultat présent est une profonde récession économique…

Y a-t-il des leçons à tirer ? Oui mais on ne sait pas encore lesquelles et les marches ne sont pas encore sortis de la tourmente.

J’ai lu dans la Libre Belgique que les gouvernements européens s’apprêtent a faire la chasse au paradis fiscaux…Et la cela sent un peu le bouc émissaire, a mon avis.

Il serait plus correct de prendre pour cible les pratiques promotionnelles qui laissent les clients dans l’ignorance du coût final réel d’un contrat.

Les banques américaines ont fait la culbute et les bourses ont connu leurs semaines les plus noires depuis 1929, pourquoi ? Parce qu’il y aurait des Hedge funds dans les paradis fiscaux  ? Non…Ce n'est pas le bon ennemi...

 

Que peut un simple agent à la clientèle comme je le suis, dire de cela ? Quelque chose. Car les experts se sont trompes. Les professionnels du crédit, a commencer par Moody, Filch , Standard and Poor, admettent aujourd’hui que pendant des années ils ont donnes de bonnes notes a des projets qui ne méritaient pas de crédit…

 

Et moi qui passe mes journées a répondre au téléphone a des clients qui me demandent pourquoi diable après un an leur factures doublent…parce que leur « promo prices » se terminent et qu’ils doivent payer beaucoup plus s’ils veulent continuer de recevoir leurs programmes de TV haute définition…ou leur maison…j'ai peut-etre une meilleure idee du pourquoi...

 

Car si je tente de transformer de tels contrats en contrats plus soutenables a terme, mes superviseurs me disent que mes chiffres de vente vont chuter parce que j’aide les clients a payer moins…Et si je leur dis que des clients insatisfaits ne restent pas clients, ils me répondent « Ce n’est pas notre problème, l’entreprise nous paie pour inciter nos clients a acheter davantage nos services, pas pour solutionner leur problèmes… »

 

Alors cette semaine, ce call center de Panama ou je travaille, il me parait un bon observatoire des errements qui ont mené a cette catastrophe financière : La chasse au profit a court terme, au détriment du long terme…"Apres moi le deluge": C'est la recette des crises de civilisation.

 

 

14:28 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amerique

21/10/2008

Call Center

Depuis le 22 septembre 2008, je travaille comme agent téléphonique dans un call center de Panama, pour la compagnie américaine NARS qui elle-même délocalise le service a la clientèle de la compagnie américaine Charter, 3eme compagnie de distribution de cable TV, d’Internet et de téléphonie aux USA.

Voici l'article wikipedia de la compagnie: http://en.wikipedia.org/wiki/National_Asset_Recovery_Services

 

Pour ma part, Je passe maintenant huit heures par jour a répondre aux inquiétudes de clients américains qui me posent des questions sur leurs factures de TV, de téléphone et d’internet. Nous sommes entraînes a essayer de leur vendre les services de la compagnie, et nous recevons des commissions additionnelles chaque fois qu’un appelant nous demande d’ajouter un service, ou achète un « upgrade » c'est-à-dire un service plus coûteux. Plus de trois mille agents de soixante nationalites travaillent dans ce centre telephonique, au service de differentes compagnies americianes qui delocalisent ici leurs services...

 

Les « call centers » sont des univers fascinants. Lorsque les clients américains qui nous appellent me demandent « Where are you located ?» et que je répond « We are located in Panama, Madam, but I am from Belgium » …il y a souvent un silence de l’autre cote de la ligne puis on me dit « fascinating » ou « Why can’t they keep the jobs in the U.S » , selon l’humeur ou la tendance. Le travail n'est pas trop difficile, mais la ponctualite est importante: Notre salaire comprend un "bonus de ponctualite" de 200 dollars par mois, et nous perdons 50 dollars de bonus par arrivee en retard..aussi pour arriver a l'heure pendant les heures de pointe, je prefere aller en moto...

 

Pour les pays a bas salaires comme le Panama, les Philippines ou la République Dominicaine , les call centers offrent des salaires intéressants a l’échelle locale. Et pour les compagnies de services telles que Charter, ils permettent de répondre au « difficile défi de maintenir un ample service au client a un coût raisonnable pour la compagnie ».

On peut critiquer, bien sur, que de telles activités sont dangereuses pour l’emploi dans les pays « développés », que les pays a bas salaire fournissent une main-d’œuvre exploitée, mais pour le client aux USA ou en Europe, l’alternative est trop souvent de n’avoir plus du tout d’agents humains, juste des messages enregistres, lorsqu’ils essaient de contacter le service d’assistance téléphonique de leur banque, leur assurance ou leur compagnie de télécommunication. Ou des numéros occupés. Et pour les pays en développement, de tels centres apportent une stabilité économique a un nombre croissant de familles.

 

 

 

 

 

23/09/2008

Le mouvement Flamand sur wikipedia

 

Pourquoi ne pas aller a la chasse aux canulars sur wikipedia?  Voici un article sur wikipedia en anglais ou on accuse les francophones de vivre aux crochets des flamands - sans donner de sources, bien sur, comme d'habitude.

Voici ce qu'on peut lire sur l'article anglais de wikipedia "The Flemish Movement". Sans donner de sources...J'invite les lecteurs de ce blog a m'aider a corriger ces assertions. 

"A singularly important issue for the 21st Century Flemish Movement are the financial transfers; the Net amount of money that flows from Flanders to Wallonia and Brussels.[citation needed] Flanders has transferred 6 billion euros every year (12 billion if you add the interest on Walloon part of the National debt, which is about 60% of the total debt). During the 19th century there were transfers from Flanders to Wallonia, even though Wallonia was the richer of the two regions. The reason was that there was no social security system and the tax legislation was never adjusted to the Industrial Revolution"

"Les transferts financiers sont un important probleme pour le Mouvement flamand du 21siecle. La Flandre a transfere 6 milliard d'euros chaque annee a la Wallonie et a Bruxelles, et le montant augmente a 12 milliards si on ajoute les interets sur la partie wallonne de la dette publique"...

 

Du cote francophone, wikipedia n'est pas beaucoup mieux quand il s'agit de parler du mouvement flamand: Pour le moment il n'y a aucun article sur le Mouvement Flamand, mais l'article renvoie au  mot "Flamingantisme"...qui est tout autre chose...

15/09/2008

Le cas de Simon Leys

 Je reprends ici un article magnifique de La Libre sur un homme - Simon Leys - luttant en Australie pour que le passeport belge soit restitue a ses fils, alors qu'une erreur administrative les a depouille de leur nationalite belge. Un tribunal a juge que le cas ne meritait pas d'attention en refere, a juge que le cas n'etait pas urgent...Ce qui montre bien que les tribunaux belges peuvent parfois rivaliser avec les panameens pour l'arbitraire judiciaire. 

L'interview inclut des phrases memorables. comme celle-ci: 

On vous reproche de camper rigidement sur vos positions, de faire preuve d'intolérance...
Quand on a la chance de camper sur le roc solide des faits et des lois, on s'y tient. Pourquoi irions-nous rejoindre l'adversaire dans les sables mouvants du mensonge ? Tolérer la stupidité n'est pas de la tolérance, c'est de la stupidité. Tolérer l'injustice n'est pas de la tolérance, c'est de l'injustice.- Simon Leys

 C'est beau. Tres beau. Pourvu que Simon Leys et ses fils obtiennent raison. Et vite.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

f4669782631653f054aae217a3a29503.jpg

 

Pour ma part j'ai obtenu pour mes filles adoptees au Panama la nationalite belge, apres des annees d'efforts, mais je ne parviens pas a les envoyer en etudier Belgique  ou y revenir moi-meme...La seule chose qui le permettrait ce serait de pouvoir developer en Belgique des activites professionnelles comme je peux le faire avec des panameens des canadiens ou des americains...ici.  Avoir des clients belges. Vain espoir, pour le moment... 

 (Un ami, qui signe "el flamencoloco", a l'habitude d'ecrire sous ses messages "Je suis fou et je m'en fous - Zoet zijn doet geen pijn - alors puisque c'est vrai...)

 

 

 

06/09/2008

Et le Pakistan?

Au Pakistan il ne faut pas être fou, mais ça aide...

 

Ce pays islamique qui est également une puissance nucléaire  élit président un homme souffrant de troubles mentaux. En plus de la liste longue d’accusation de corruption qui a accompagne la carrière de Mr Asif Ali Zardari, veuf de Benazir Bhutto et nouveau président du Pakistan, condamne entre autres par les tribunaux suisses, voici que selon wikipedia ce nouveau président en charge d’une puissance nucléaire serait aussi afflige de troubles mentaux. 

 Le dessin ci-dessous est eloquent: C'est le retour d'un gouvernement democratique au Pakistan qui est mis gravement en question par le choix d'un tel candidat. fe60884c2df8197677e317f0403bc703.jpg

 

Mental illness (wikipedia article about Mr Zardari) 


The British newspaper Daily Telegraph has revealed on August 26, 2008 issue that Asif Ali Zardari is suffering from mental illnesses
Mr Zardari, co-chair of the Pakistan People's Party, was diagnosed with a range of psychiatric illnesses, including dementia, major depressive disorder and post-traumatic stress disorder.

The illnesses were said to be linked to the fact that he has spent 11 of the past 20 years in Pakistani prisons fighting charges of corruption. He claims to have been tortured during his incarceration.

In March 2007, New York psychiatrist Philip Saltiel found that Mr Zardari's time in detention left him with severe "emotional instability", memory loss and concentration problems, according to court documents seen by the Financial Times.
Due to this diagnosis by medical experts, the constitution of Pakistan prohibits any person from running in the presidental elections. Also, if such cases arise during the term of a president, the Parliament and Senate have the right to remove that person.