Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/06/2010

Saint Martin, un modèle pour la Belgique?

 

Il existe deja, dans les Caraibes, une ile qui fonctionne tres bien avec une majorite neerlandophone, un territoire francophone moins peuple, une division linguistique et politique inchangee...Depuis 1648.

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Martin_(île)

http://en.wikipedia.org/wiki/Saint_Martin

 

Apres la lecture de cet article, Vous comprendrez sans peine que la refrme de l'Etat Belge doit etre negociee dans l'ile de Saint Martin!!!

 

05/06/2010

Le NVA, beaucoup de vent ...

Le NVA et la Colombie
Les sondages ne sont pas toujours fiables, comme en Colombie ou le candidat Mockus avait 40% d'intention de votes selon les enquetes. Aux elections de ce dimanche il a obtenu...21%.

En Belgique c'est différent?

 

 

00:09 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elections 2010

24/04/2010

BHV vu d'Amerique...

...OU comment ecrire a propos de BHV comme si la Belgique n'existait pas...comme si c'etait une affaire entre 3 etats, un etat flamand, un etat wallon et un etat Bruxellois....Je tiens a preciser que je soutiens la permanence de la Belgique, mais a mon avis nous sommes dans une situation ou nous devons aussi penser comme la majorite des flamands, c'est a dire, nous devons comprendre que la moitiee de l'electorat flamand vote pour des partis separatistes et raisonner en consequence.

(En reponse a une question d'un sympathique flamand, Pelgrim, qui ecrit:

Je m'excuse pour être Flamand et donc n'avoir pas la perspective Francophone
Ce que je trouve dificile de comprendre, c'rest précisement ce qui est l'intérêt de BHV pour les Wallons. Je n'ai jamais compris, car il s'agit des communes et gens qui habitent en Flandre, je trouve un peux bizarre que les médias et gens Wallons investent tellement beaucoup de temps et énergie dans cette problème.

Donc je m'adresse a vous ici. C'est quoi exactement l'intérêt de la Wallonie en Halle et Vilvoorde? Si je serais Wallon moi-même, je dirais: c'est un problème flamand et je m'en fous. Ou non?

Mon commentaire:

Ici, en Amérique, BHV est présenté par la presse comme
"une querelle autour des limites électorales de Bruxelles". Ce n'est pas faux, mais il y a plus que cela.


Meme si j'écris ceci en français, ce que j'écris reflète un point de vue internationaliste sur la question. Les territoires enclavés sont mauvais dans les relations internationales. Il reflètent toujours la permanence d'un conflit. Bruxelles est un territoire enclave dans la region flamande.

Lorsque les limites de la région de Bruxelles ont été déterminées, les communes a facilite étaient déjà a majorité francophone. Si la Flandre voulait empêcher davantage de francisation de la Flandre, pourquoi ne veut-elle pas limiter sa souveraineté aux territoires ou les flamands sont majoritaires? Pourquoi veut-elle maintenir la région de Bruxelles enclavée en Flandre?

Les limites de la région bruxelloise n'ont jamais été décidées démocratiquement, alors pourquoi nous demander, Pilgrim, de fermer ici les yeux sous prétexte que nous ne serions pas affectes?

Les territoires enclavés ne sont pas un bon principe de stabilité internationales. Pourriez-vous me citer un seul exemple historique de territoire enclavé qui n'a pas été une source de conflit permanent? Dois-je citer les Bantoustans, Dantzig, Jerusalem-Est, Berlin sous la guerre froide? Pouvez-vous me donner un seul contre-exemple ou un territoire enclavé ne crée pas un conflit?

Alors, je respecte les flamands, je déteste les conflits, mais si Maingain n'était pas la il y aurait quelqu'un d'autre et le problème persistera aussi longtemps que la Flandre refusera de reconnaitre que le territoire d'une nation, ce sont des frontières ou la population se reconnait dans la nation.

Pour moi ce n'est pas une question de wallons supportant les bruxellois contre la Flandre. C'est une question de bon sens, de ne pas appuyer une solution de scission qui créerait une capitale (de l'Union Européenne) enclavée dans une seule région, contre la volonté de la population...J'aimerais bien de pouvoir me dire "Pas de quoi s'inquieter.." mais je ne le peux pas. D'un autre cote il y a tant de problemes non resolus que la tentation est grande de dire "Laisse beton"...Nous avons d'autres chats a fouetter...

Le monde politique flamand est pris en otage par les partis nationalistes. Trop de flamands votent pour ces partis? Les modérés flamands le regrettent? Nous aussi nous le regrettons, et profondément.

Mais nous ne pouvons pas dissiper le spectre d'une Belgique éclatée ou les populations de la périphérie Bruxelloise seraient dans la ligne de mire d'un projet de "flamandisation", et la politique flamande victime des surenchères nationalistes.

25/01/2010

Mgr Leonard et le Chemin néocatéchuménal

Je suis de retour au Panama, et a la canicule, apres deux semaines merveilleuses dans la neige en Belgique...Et des mouchoirs humides de larmes apres avoir plonge dans les films et les romans de Eric-Emmanuel Schmitt, tel "Oscar et la Dame en rose". Et d'avoir revu, avec quelle ferveur, ma famille...

 

Je vais ce soir consacrer mon billet a ce sujet qui fait couler tant d'encre en Belgique:

L'election par le Vatican de Mgr Leonard comme primat de Belgique succedant au Cardinal Daneels. En decouvrant que Mgr Andre-Joseph (son nouveau nom) fait partie du Chemin néocatéchuménal, et que son seminaire namurois  compte a la moitiee des seminaristes de Belgique,  je me suis mis a lire quelques articles relatifs a ce mouvement.

Voici une partie de la description que Wikipedia en fait:- Il est interessant de noter que les critiques vis a vis de Mgr Leonard ressemblent a celles qui sont faites a l'egard du mouvement.

"Le Chemin néocatéchuménal est un mouvement de l'Église catholique créé à Madrid en 1964 par le peintre espagnol Kiko Argüello. En 2006, il est implanté dans 900 diocèses, particulièrement en Italie et en Espagne et a été approuvé par Jean-Paul II.
Ce mouvement a été créé en réponse au concile Vatican II et prône une réaction de l’Église face aux changements sociaux de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle (en particulier la laïcité) et un retour aux enseignements des anciens chrétiens. Pendant les 30 dernières années, le mouvement a mis en place différents séminaires dans le monde entier et est actuellement l’un des mouvements connaissant la plus forte croissance de l’Église catholique romaine.

Critiques:
"L'apparent caractère autoritaire du Chemin néo-catéchuménal et le supposé embrigadement de ses membres a été une source de critiques. En mai 2007, le journal La Croix le qualifiait de mouvement « aux allures martiales et conquérantes ». La création d'une communauté dans une paroisse est quelque fois source de fracture et de division, les membres de la communauté se séparant des autres fidèles qui se sentent exclus. Cependant, la raison de la formation de petites communautés est très bien expliquée dans les statuts, de plus, les eucharisties du Chemin néo-catéchuménal le samedi soir sont maintenant considérés comme faisant partie des offices de la paroisse, donc, sont accessibles à tous les paroissiens (voir statuts). L'admiration de certains membres pour Kiko et Carmen est aussi critiquée par quelques-uns comme étant un culte de la personnalité.


Autres points négatifs qui sont parfois évoqués: -la direction spirituelle trop autoritaire et invasive. -la prédominance du sentiment sur le raisonnement. -le sentiment qu'ont les membres du Chemin d'etre superieurs a tous les autres Chrétiens. -la vie en vase clos. Les membres du Chemin n'ont souvent plus beaucoup d'amis a l'exterieur, et tendent à se marier exclusivement entre eux. -le refus de la critique.

La reconnaissance de ses Statuts par le Pape lui apporte toutefois une garantie incontestable."

 

04/12/2009

Lettre a Mme Marie Dominique Simonet

Madame la Ministre n'a pas repondu, a ce jour....

 

 

Madame la Ministre,

Je lis regulierement dans la presse des articles reportant un manque de professeurs de langues en Belgique francophone.

Liégeois d’origine, titulaire d'une licence en communication Belge et d'une maitrise en education americaine,  Je travaille depuis 10 ans comme professeur d'anglais dans une université au Panama.


De 1992 à 1996 j'étais enseignant à Bruxelles. J’enseignais le Français pour non-francophones à l’IESTE de Uccle.

Mais en 1996 on a supprime mon emploi pour cause d'économies. J'étais titulaire d'une licence en Communication, pas d'une licence de philo Romane, et ce fut le motif de mon licenciement : absence de titre requis.

A la suite de quoi je suis venu vivre au Panama, pays de mon épouse et j’ai à la fois donne des cours et suivi une formation dans une université US présente ici.

En Belgique j'enseignais le français aux étrangers. A présent, au Panama j'enseigne l'anglais aux panaméens, qui ont un grand besoin de connaitre cette langue. Maintenant, depuis 10 ans, j'enseigne l'anglais et la traduction Anglais-Espagnol dans une université privée du Panama.. Sans autres problèmes que ceux que mes collègues panaméens vivent eux-mêmes. J’étais pendant des années furieux d’avoir perdu cet emploi en 1996 mais aujourd’hui je ne m’en plains plus du tout ! Finalement, le système d’enseignement perd des talents parce qu’il est trop bureaucratique. Si vos services deplorent que trop d'enseignant delaissent la carriere, qu'ils sachent que certains sont prets a revenir, mai encore faut-il ne pas les empecher de le faire!!!

Je serais tout disposé a revenir donner cours d’anglais en Belgique, surtout que maintenant mes enfants (deux filles) deviennent adolescentes et bénéficieraient de quelques années en Europe. Ceci ne me ferait pas perdre mes années au Panama, ou j ai ma maison.

Mais en Belgique la bureaucratie et les réglementations protégeant certains "titre requis" sont tels que je ne peux pas, depuis l'étranger, faire efficacement acte de candidature.

J’ai essaye, sans succès, voici deux ans.

Vu le niveau de l'euro, il serait extrêmement attractif pour des millions d’enseignants anglophones de venir enseigner l'anglais en Belgique. Ou pour un Belge de l'étranger comme moi. Mais la volonté politique existe-t-elle ?

Si vous voulez prendre en compte mon offre de service comme professeur d’anglais ou d'espagnol, vu le manque d’enseignants dont la presse fait état, je réitère, Madame la Ministre, mon offre de service et mon entière disposition a revenir. Et mon épouse est une professionnelle de l’enseignement maternel. Nous serions prêts à revenir.
Mais pas pour végéter au chômage en attendant des intérims.

En espérant de vos nouvelles, je vous souhaite, Madame la Ministre,  le plus vif succès dans vos délicates fonctions.

André G. Dumoulin

21:13 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : enseignement

09/08/2009

Citoyens de seconde zone

Les Belges de l'étranger ne veulent pas être traités comme des citoyens de seconde zone, La Belgique doit faire davantage envers ses expatriés, les informer et leur faciliter l'accès aux processus politiques, notamment les elections regionales, telle est l'opinion exprimee par le modeste auteur du present blog, mais rejoint heureusement par certains hommes et femmes politiques.

Les Belges de l’étranger sont semblables à des diamants à l'état brut, dont la valeur n'est pas assez reconnue et dont on ne tire pas assez profit.

L'image, la renommée, le savoir et les relations: les Belges de l'étranger apportent indéniablement une plus-value à leur pays d'origine, mais ce bénéfice n'est pas immédiat, c'est pourquoi il n'est souvent pas ou à peine perçu.

Une diaspora utile en temps de crise
Dans le contexte de la crise économique et politique actuelle, la Belgique peut s'estimer heureuse de disposer d'une diaspora qui défende les intérêts nationaux 'étranger. Or la Belgique n'en est pas pleinement consciente.

Les Belges de l'étranger se sentent délaissés, leurs droits de votes ne peuvent pas s’exercer lors des élections régionales alors que les gouvernements régionaux flamand, wallon et bruxellois disposent de plus en plus de compétences internationales.

Droit de vote
Cet usage pourrait être facilité par l’introduction du vote électronique, techniquement réalisable  toujours discute a l’horizon 2010 mais pas decide...